Les principaux Business Models des réseaux sociaux

monetisation-reseaux-sociauxLa monétisation des réseaux sociaux est un enjeu majeur du XXI ème siècle pour Internet. En effet, certains géants des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter sont devenus tellement importants qu’il n’est pas envisageable d’imaginer qu’ils mettent la clé sous la porte. Pour cela, les réseaux sociaux étant des entreprises, ils doivent logiquement générer des revenus. Mais de quelle manière ? Revenons sur les différentes sources de revenus des principaux réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux sont souvent assimilés à la gratuité dans l’esprit de nombreux internautes. Mais il ne faut pas oublier que derrière les réseaux sociaux il y a des entreprises, des entreprises qui cherchent à monétiser leurs audiences pour devenir rentables, engendrer des bénéfices et parfois satisfaire des actionnaires.

Je vous propose de revenir sur différents leviers de monétisation utilisés par les principaux acteurs des réseaux sociaux afin d’avoir une vision plus claire sur leurs business models.

Les publications sponsorisées : Facebook / Twitter / Instagram

Ce type de levier consiste à offrir aux annonceurs la possibilité de diffuser un message à une audience plus importante que celle qu’ils possèdent en « naturel ». Par exemple, sur Twitter une marque peut diffuser un message à une cible d’utilisateurs plus large que celle des ses propres followers grâce aux Tweets Sponsorisés.

Cela fonctionne relativement bien sur Facebook avec les posts sponsorisés (en ciblant le fil d’actualité) ainsi que sur Twitter avec les tweets sponsorisés. La plateforme a tout à y gagner puisque cela ne lui engendre pas de coûts supplémentaires.

monetisation-facebook-ads-classique

Cependant, au niveau des utilisateurs cela peut parfois poser problème s’ils se sentent dupés ou inondés de messages provenant d’expéditeurs qu’ils ne suivent pas. Il faut donc réussir à trouver une juste milieu, ce que Twitter a bien compris en limitant l’exposition hebdomadaire de ses utilisateurs aux tweets sponsorisés.

Le modèle Freemium : LinkedIn / Viadeo

C’est l’une des stratégies de monétisation star sur Internet où de nombreux services proposent un accès basique gratuit et en parallèle un autre accès payant avec des services supplémentaires. Cela consiste donc à proposer une version gratuite limitée (mais pas trop) incitant à passer à la version payante par la suite.

monetisation-linkedin-viadeo

Sur les réseaux sociaux on peut notamment prendre le cas de LinkedIn et Viadeo qui proposent une formule freemium à ses utilisateurs. En passant en Premium vous pouvez par exemple entrer en contact avec n’importe quel utilisateur même s’il ne fait pas parti de votre réseau, voir qui a consulté votre profil … Chez LinkedIn, cette source de revenu représente environ 10% des revenus globaux.

La publicité classique mais ciblée : Facebook / LinkedIn / Viadeo

La publicité reste l’un des leviers de monétisation les plus importants du web car elle permet en général de garantir la gratuité d’un service. Dans ce cas là, de nombreux emplacements et formats publicitaires sont définis sur la plateforme et mis à disposition des annonceurs. C’est notamment le cas de Facebook avec les publicités au format classique qui sont présentent dans la colonne de droite.

LinkedIn a également réservé des emplacements publicitaires pour les annonceurs sur sa plateforme, mais de manière plus discrète. Il faut dire que la publicité « classique » n’a pas vraiment la côte aux yeux des internautes …

Les services Premium : LinkedIn

Les services Premium se basent en général sur la base des utilisateurs pour proposer des services, des options supplémentaires aux individus.

Par exemple, LinkedIn propose une sélection de services Premium, principalement aux recruteurs qui peuvent avoir accès à des outils de filtres très puissants pour rechercher des candidats. Ce service représente d’ailleurs la part la plus importante du business model de LinkedIn, il s’agit de : Talent Solution.

linkedin-talent-solution-monetisation

Conclusion

Il y a différents leviers de monétisation qu’un réseau social peut utiliser pour générer des revenus et monétiser son audience. Cependant, un élément reste central à la réussite et la pérennité d’un réseau social : la base utilisateurs. Ce sont les utilisateurs qui font naître la valeur et qui attirent les annonceurs par la suite. C’est donc l’axe principal qui doit être développé et soigné par les différents acteurs dans un premier temps au travers d’un aspect quantitatif mais également qualitatif.

Pour conclure, nous pouvons également aborder la particularité du réseau social de Google ; Google Plus. Il est dépourvu de toute publicité, d’aspect freemium et il n’a pour le moment aucune vocation à générer des revenus pour Google qui possède déjà plusieurs sources de revenus dont une principale : Google AdWords. Google + apparaît plutôt comme la colonne vertébrale de l’ensemble des services de Google.

Et vous, que pensez-vous de la monétisation des réseaux sociaux ? Pensez-vous qu’il y a d’autres leviers qui pourraient être exploités ?

Mikael Witwer

Passionné par le Webmarketing depuis 2010, j'ai eu l’opportunité de me forger une vision 360° du e-commerce et du e-marketing grâce à mes expériences chez un e-commerçant et dans une agence de webmarketing. J'alimente ma passion par une veille régulière sur le web et profite de ce blog pour partager mes connaissances sur le Search Marketing, les réseaux sociaux et le web dans son ensemble !

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. J’en pense que tu t’avances peut-être un peu quand tu n’envisages pas qu’ils mettent la clé sous la porte.

    Les réseaux sociaux sans abonnements ou vente de services sont quand même les moins rentables, quand ils le sont. Et ce sont les plus développés (en tout cas Facebook et Twitter), donc ceux qui ont le plus de coûts d’infrastructure. Donc je ne suis pas sûr que dans 10 ans ils soient encore là sous la même forme (complètement gratuit), même si ça peut paraître incroyable à imaginer.

    Les tarifs de la pub baissent sans discontinuer, sur tous les formats, et les gens la tolèrent de moins en moins, donc baser tout ses revenus là dessus c’est pas forcément ce qu’il y a de mieux.

    • Mikael Witwer dit :

      Hello Samuel,

      Merci pour ton commentaire.

      Je m’avance peut-être un peu à ce niveau mais il faut dire qu’au vu de l’ensemble des chiffres qui paraissent lors des diverses études sur la fréquentation de ces réseaux sociaux, il est difficile d’imaginer qu’ils mettent la clé sous la porte à court/moyen terme. Après c’est sur qu’il y aura des changements, des modifications et effectivement pourquoi pas un basculement sur la base de leurs Business Models.

      Je te rejoins concernant la rentabilité des réseaux fonctionnant sur la base d’abonnements, mais il est parfois (souvent) pas évident d’éduquer les internautes aux modèles payants. Je pense par exemple que Facebook n’aurait jamais connu un tel succès si l’interface aurait été payante … :-). Vu la vitesse à laquelle cet environnement évolue, on peut s’attendre à de grands changements d’ici 3 à 5 ans, affaire à suivre !

      • Ah mais clairement les gens veulent du gratuit, c’est pour ça que ça ne m’étonnerait pas plus que ça que Facebook par exemple n’existe plus d’ici 5 ans.

        Ok ils ont masse utilisateurs, mais:
        – des gens partent (et en plus des jeunes apparemment: logique, maintenant leurs parents sont sur Facebook aussi)
        – ils sont soulés par la pub, alors qu’il y en a tout juste assez pour que ça soit rentable, et qu’il en faudra de plus en plus (baisse du CPC)
        – ils s’inquiètent pour leur vie privée, et dès que Facebook veut mieux monétiser leurs données personnelles c’est un scandale
        – les annonceurs ne sont pas contents: http://www.forrester.com/Why+Facebook+Is+Failing+Marketers/fulltext/-/E-RES104441 (lis juste le résumé, c’est assez édifiant)

        Donc continuer sur le même modèle c’est pas gagné, faire du freemium ou de l’abonnement non plus, et l’IPO a eu lieu donc il n’y aura pas de nouveau tour de table.

        Donc à un moment si le machin n’est pas rentable il faudra bien arrêter.

        • Mikael Witwer dit :

          Je te rejoins sur ces points, ils sont tout à fait défendables ! Difficile toutefois de prédire la mort de Facebook d’ici 5 ans. Quand on voit les derniers résultats, même si l’on parle d’un départ des plus jeunes, pour le moment la marge est grande …

          Hâte de voir comment sera la situation dans 5 ans, quand on voit que Facebook et Google commencent même à s’allier à certains niveaux. Je pense qu’on sera surpris ! ^^
          Ps : merci pour le lien, je l’avais lu ce matin, il y a effectivement des éléments édifiants.

  2. Le modèle économique des plateformes sociales a bien évolué ces dernières années. Cela est visible notamment sur Facebook depuis son introduction en bourse. En tant qu’utilisateur, je trouve que Twitter intègre mieux sa monétisation que Facebook, où cela commence à devenir vraiment gênant. Linkedin et Viadéo sont un peu trop limitatif à mon goût, mais c’est le jeu !

    • Mikael Witwer dit :

      Bonjour Frederic,

      Merci pour votre réaction.

      Effectivement je vous rejoins sur le fait que la publicité est moins intrusive (pour l’instant) sur Twitter que sur Facebook. J’espère donc que Twitter gardera en tête l’importance du maintient d’une expérience utilisateur de qualité tout en développant sa plateforme publicitaire. Il faut également souligner que Facebook travaille sur cette atténuation de la gêne publicitaire avec notamment la sensibilité des annonceurs à utiliser des visuels attractifs et non uniquement commerciaux.

      Bonne journée à vous

  3. celine dit :

    Bonjour, je me permets d’ajouter un point à votre réflexion. Qu’est ce qui fait que les gens s’attachent à Facebook pour n’en citer qu’un.C’est bien plus les performances de l’outil / les possibilités de la plateforme que son contenu. Un façon pratique de partager, planifier des événements (pour peu qu’on l’utilise intelligemment)….etc en interaction avec la toile sans discontinuité. Leur force ne réside t-elle pas dans l’évolution de leur outils ? Tant qu’il sera aussi facile d’accès et en phase avec l’évolution du web et du comportement des internautes, la publicité sera acceptée même si elle doit prendre une autre forme. Ne sont-ils pas des outils qui reste des mines d’informations pour les sciences sociales et l’analyse marketing? Des laboratoires en temps réel…

  1. 4 novembre 2013

    […] See on witwer-mikael.fr […]

  2. 26 novembre 2013

    […] Je vous propose de revenir sur les différentes sources de revenus des principaux réseaux sociaux. En effet les réseaux sociaux sont des entreprises en quête de revenus …  […]

Laisser un commentaire